Dossier Tariq Ramadan (3) : infidèle oui et alors ?






Le président de la République, Emmanuel Macron, a été l'objet d'une corruption de mineur comme stipulée par la loi, avec circonstance aggravante, alors qu'il n'était encore qu'un lycéen. Pas de plainte donc pas de condamnation, mais cela n'enlève rien à la réalité des faits. Tariq Ramadan est toujours accusé de multiples viols, détenu provisoirement en prison, alors qu'il clame son innocence et que la réalité des faits est fortement remise en cause. Des plaintes et une condamnation médiatique ont suffi alors que les faits n'ont jamais été prouvés. Nous sommes face à une campagne juridico-médiatique visant à anéantir Tariq Ramadan à l'instar de François Fillon.

Emmanuel Macron avait 15 ans lorsque débuta son idylle avec l'enseignante Brigitte Auzière âgée de 39 ans. Brigitte Auzière était alors la professeure de théâtre d'Emmanuel Macron. Ainsi elle se rendait coupable de corruption de mineur avec deux circonstances aggravantes comme mis en évidence ci-dessous par l'article 227-22 du code pénal :

« Le fait de favoriser ou de tenter de favoriser la corruption d'un mineur est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende. Ces peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et 100 000 euros d'amende lorsque le mineur a été mis en contact avec l'auteur des faits grâce à l'utilisation, pour la diffusion de messages à destination d'un public non déterminé, d'un réseau de communications électroniques ou que les faits sont commis dans les établissements d'enseignement ou d'éducation ou dans les locaux de l'administration, ainsi que, lors des entrées ou sorties des élèves ou du public ou dans un temps très voisin de celles-ci, aux abords de ces établissements ou locaux.

Les mêmes peines sont notamment applicables au fait, commis par un majeur, d'organiser des réunions comportant des exhibitions ou des relations sexuelles auxquelles un mineur assiste ou participe ou d'assister en connaissance de cause à de telles réunions.

Les peines sont portées à dix ans d'emprisonnement et 1 000 000 euros d'amende lorsque les faits ont été commis en bande organisée ou à l'encontre d'un mineur de quinze ans ».

Le pouvoir macroniste n'a pas hésité à harceler judiciairement et médiatiquement Tariq Ramadan, portant gravement et durablement atteinte à son image, son honneur, et à sa famille. Pourtant le président Macron n'a guère de leçon à donner en matière de mœurs et d'adultère. Le divorce de Brigitte Auzière a eu lieu tardivement en 2006 alors que la séparation avec son ex-mari remonte à l'année 1993.1 Immédiatement après avoir eu vent du comportement déviant de sa femme, à l'égard de l'un de ses élèves, André-Louis Auzière s'est empressé de quitter le domicile familial. Il n'a visiblement pas supporter d'être remplacé par un camarade de classe de sa deuxième fille Laurence.

L'adultère a donc été largement consommé entre 1993 et 2006 puisque c'est le motif du divorce. Mais alors comment de telles personnes peuvent-elles être présentées comme un modèle à suivre ? Le clan Macron s'est offusqué à plusieurs reprises face aux détracteurs critiquant légitimement leur histoire, d'autant plus que le droit français plaide contre eux ainsi que le système de protection de l'enfance et la moralité la plus élémentaire.

Les proches et les soutiens du couple présidentiel s'insurgent contre ceux qui les attaquent mais s'insurgent-ils de la situation vécue par Tariq Ramadan ? Les trois enfants de Brigitte ont subi un scénario imposé par leur mère. Ces trois enfants ont été contraint d'accepter le départ de leur père remplacé par un beau-père adolescent, ayant l'âge d'être leur frère cadet. Les enfants de Tariq Ramadan vont peut-être voir leur cellule familiale voler en éclat, non pas à cause du comportement de leur père mais à cause du lynchage médiatique. Il eut été préférable de s'appeler Tariq Macron pour être soutenu par les médias français et ainsi voir ses infidélités passées sous silence ou enjolivées par les journalistes.

Papa Auzière a tout perdu, femme, enfants, famille, maison, amis et relations, tout cela à cause d'un adolescent et d'une femme éprouvant un sentiment interdit qu'elle n'a pu contenir. Pourtant les médias collaborationnistes cautionnent l'histoire entre Emmanuel et Brigitte, ils ne la condamnent pas. Finalement nos deux tourtereaux se marièrent après le divorce de Brigitte, c'est-à-dire en 2007. Dix ans plus tard l'inexpérimenté Macron devenait président de la République et Tariq Ramadan était accusé de multiples viols en France.

Le président américain Bill Clinton (1992-2000) a connu son heure de gloire avec Monica Lewinsky, stagiaire à la Maison-Blanche, dissimulant une autre affaire celle de Paula Jones. Ces scandales sexuels ne lui ont porté aucun préjudice, sauf à considérer l'argent comme un préjudice subi pour ce genre de personne.

En revanche le président israélien Moshe Katsav (2000-2007) démissionna en 2007 puis fut emprisonné pour viols entre 2011 et 2016.

Concernant Tariq Ramadan, il est le seul individu avec un profil de politologue ayant subi un tel traitement. Innocent jusqu'à preuve du contraire mais déjà emprisonné depuis plus de 100 jours L'intelligentsia française n'a pas hésité un instant à condamner le présumé innocent tout en faisant la promotion de la décadence par l'entremise du lobby LGBT. Comment ces journalistes peuvent-ils être offusqué par l'infidélité supposée de Tariq Ramadan envers sa femme alors qu'ils militent contre la norme sexuelle ? Le mariage pour tous, le phénomène transgenre, le divorce intégré dans les mœurs, de quoi parlons-nous ? D'une nation en perte de valeurs à l'image du monde et d'un homme qui s'est visiblement laissé aller à ses plus basses pulsions, se rendant coupable d'infidélité aux yeux de sa femme. Une histoire affligeante de banalité mais assez similaire aux affaires DSK puisque nous y retrouvons Marie.

N'est-ce pas cette justice française qui a relancé le débat autour de la majorité sexuelle suite à des décisions judiciaires outrageantes à la fin de l'année 2017 ? Deux faits divers impliquant des viols sur mineures manifestes dont l'un des violeurs a été acquitté contre toute attente par la cour d'Assises de Seine et Marne. 

Quand la justice va t-elle libérer Tariq Ramadan détenu en préventive depuis 128 jours ? Enfin le rôle des médias n'est-il pas d'informer le citoyen de manière objective et désintéressée ? Est-ce vraiment le cas pour les personnes suivantes :

Caroline Fourest, obsessionnelle de longue date envers Tariq Ramadan, proche d'Henda Ayari et de de Christelle.



Tous les médias nationaux détenus par les capitalistes français, Pinault, Arnault, Drahi, Lagardère, Niel, Pigasse, Dassault etc...

Ian Hamel, journaliste, correspondant en Suisse pour Le Point, est un ancien admirateur de Tariq Ramadan devenu adversaire. Le journal Le Point est la propriété du Groupe Artémis de la famille Pinault. En 2007 il publiait « La vérité sur Tariq Ramadan » cherchant à s'attirer l'intérêt de l'intellectuel musulman mais ce fût un échec qui poussa Ian Hamel à dénigrer Tariq Ramadan.


Le journaliste Jean-Michel Decugis pour Le Parisien, propriété du Groupe LVMH de la famille Arnault.
Les journalistes Raphaëlle Bacqué et Cécile Chambraud pour Le Monde + Cécile Deffontaines pour Le Nouvel Obs (Le Nouvel Obscurantisme). Ces deux journaux appartiennent au duo Xavier Niel et Matthieu Pigasse.


Les journalistes Caroline Piquet, Yohan Blavignat et Stéphane Kovacs pour Le Figaro, propriété de la famille Dassault.

BFMTV + RMC avec Jean-Jacques Bourdin + Libération via la journaliste Bernadette Sauvaget2 + L'Express, propriété d'Altice incluant SFR, géré par Patrick Drahi.

Europe 1 du groupe Lagardère Active via Salomé Legrand.

FranceInfo du groupe Radio France, plus le groupe France Télévisions, propriété de l'Etat.

LCI du Groupe TF1, propriété de la famille Bouygues.

Jean-Claude Elfassi, un paparazzi en relation avec toute la presse people et les candidats de télé-réalité. Rappelons qu'il a manipulé les faits des affaires Soral/Binti, Jeremstar et maintenant Tariq Ramadan via Henda Ayari et Marie.


Cette liste non exhaustive est parachevée par la ministre de la Justice Nicole Belloubet et bien sur le président de la République Emmanuel Macron.


Globalement la tendance médiatique a été la suivante : ils ont tous déclaré connaître des dizaines de témoins pouvant dénoncer les pratiques sexuelles violentes de Tariq Ramadan, et ils l'ont unanimement condamné sans concession. Confondre viol et relation sexuelle consentie relèvent de la malhonnêteté la plus flagrante. Pour le moment les faits sont les faits, aucune trace de viol dans l'affaire Ramadan. Pourquoi ne voyons-nous pas à la Une « Tariq Ramadan n'a violé aucune femme » au lieu de ça nous avons « Tariq Ramadan reconnaît avoir eu des relations extra-conjugales ». C'est un fait mais quel est le rapport avec un viol ? Où se situe l'impartialité journalistique ?

L'opinion publique devrait condamner instamment ce système corrompu devenu hystérique, en boycottant tous ces médias, presse, radio et télé, toute cette « merdia » capitaliste qui fait régner la loi tels des gangsters modernes.

François Mitterrand avait une double vie, Nicolas Sarkozy a eu trois femmes, la dernière étant Carla Bruni, un ancien mannequin qui posa nu. François Hollande a eu trois femmes, l'histoire d'Emmanuel Macron est très singulière comme nous l'avons vu, et enfin Tariq Ramadan l'infidèle. Quelle différence entre tous ces hommes ? Un seul d'entre eux est en prison. Pourtant le divorce, l'adultère et la corruption sont tous considérés comme des pêchés par la religion.

Juger Ramadan selon les valeurs de l'islam et non le droit français est d'un sarcasme inqualifiable de la part de gens dénonçant les excès de la charia dans les pays islamiques. Le paradoxe d'une société qui s'oppose à la charia, le droit islamique appliqué dans certains pays musulman, mais qui l'utilise pour condamner Tariq Ramadan en lieu et place du droit français. Sinon comment expliquer qu'un homme se retrouve déférer en justice pour avoir trompé sa femme ? Sommes-nous au encore au moyen-âge pour que le pouvoir central puisse se mêler des affaires conjugales d'un citoyen ? Notons que l'adultère a été dépénalisé en 1975 alors il semblerait que la justice n'ait plus rien à reprocher au théologien.


Frank D.

2Nous pouvons lui reconnaître l'excellente interview de Maryam Ramadan, fille de Tariq Ramadan, publiée peu avant l'audience du 5 juin 2018.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dossier Tariq Ramadan (1) : La descente aux enfers

Le Jeremstargate et ses certitudes: les faits. Qui sont Babybel et Babar ? (acte 1)